Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

mercredi 17 septembre 2014

Souvenirs de Joséphine (2/2)

Suite de l'article précédent.

Joséphine Bonaparte a de tout temps inspiré les obtenteurs de roses. En lisant sa biographie, on apprend que son charme avait d'ailleurs séduit bon nombre de gentilshommes... En collectionneuse passionnée, elle a donc été aussi, tout naturellement, source d'admiration pour les rosiéristes.

J'ai eu envie de retrouver les roses anciennes qui lui ont été dédiées et vous propose aujourd'hui un voyage dans le temps à la découverte de ces beautés. L'aventure est semée d'embûches car il y a plusieurs rosiers Joséphine qui furent créés.


Impératrice Joséphine (avant 1815)
L'hommage précurseur : un hybride de rosa francofurtana, attribué à Jacques-Louis Descemet, le premier rosiériste français. Il a des fleurs floues, plus doubles que l'espèce type.
Redouté l'a peint sous le nom de rosa turbinata dans son ouvrage "Les Roses" (1817, vol. 1, p.127). L'appellation Impératrice Joséphine est postérieure. Elle semble du fait du rosiériste Jean-Pierre Vibert, qui la présente sous ce nom dans son catalogue de 1820. 

                                      collection Loubert                                         rosa turbinata


                                                                          
Souvenir de la Malmaison (1843)
Impossible de parler de Joséphine, sans mentionner ce célèbre rosier Bourbon de l'obtenteur Béluze, horticulteur établi à Vaise, près de Lyon. 
La perfection faite rose pour cet arbuste frileux aux remarquables corolles rose porcelaine. Il a donné plusieurs mutations dont la forme "climbing" découverte en Australie et mise au commerce en 1893.

                                                                                          The Amateur Gardener's Rose Book, 1905
                                                                                     Julius Hoffmann


Joséphine de Beauharnais (1865)
Une création plus confidentielle, celle de Jean-Baptiste Guillot. Elle dévoile des reflets rose argenté et un petit cœur en bouton. Ce rosier rare est classé dans les hybrides Remontants mais il n'offre qu'une floraison. Il est toujours au catalogue de la maison Guillot. 
Beauharnais était le nom du premier époux de l'impératrice. 

collection Guillot



Jubilé impérial (2012)




Plus près de nous, une nouvelle occasion de dédicace à Joséphine. Cette fois-ci, de la part des pépinières André Eve qui lance cet automne ce rosier hommage.

Il s'agit d'un buisson à grandes fleurs rose franc, bordées de rose pâle. Il fait la une de la couverture du catalogue.


Ce week-end, dans le cadre des Journées du Patrimoine, le château de Malmaison accueillera le dit Jubilé impérial, une fête en costumes d'époque organisée par la ville de Rueil. 


                   collection Eve 



Le samedi 20 septembre et le dimanche 21 septembre 2014, 
les visites du domaine seront libres et gratuites.

Musée-Château de Malmaison
avenue du château
92500 RUEIL-MALMAISON


6 commentaires:

  1. Elles sont toutes si belles et délicates ... tu vas certainement guider mon choix pour ma prochaine commande ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je craquerai bien pour les deux "souvenirs" celui de la Malmaison et celui de Joséphine, on dit le premier délicat à cultiver et sais-tu si l'obtenteur Laperrière a un site Alix ? J'aurais bien craqué aussi pour les "gants parfumés" de Joséphine à la boutique mais l'ai seulement fait pour le même ouvrage que toi je pense; elle est si romantique cette couverture ! Merci à toi pour cet intéressant reportage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il a un site http://www.rose-laperriere.com/.
      A bientôt.

      Supprimer
  3. Super bien documenté ton article, Alix. J'avais déjà repéré Joséphine de Beauharnais, il faut que je m'assure qu'elle n'est pas sensible aux maladies car j'ai une terre pas vraiment propices aux rosiers que j'ai bien amendée. Je craque aussi sur Jubilé impérial. Merci pour la découverte. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton gentil mot ! Tu sais, je suis une fana de rosiers mais j'aime aussi beaucoup leur histoire. Et je m'amuse bien à partager avec vous toutes ces recherches sur leurs origines.
      Bises

      Supprimer
  4. Elles sont toutes belles mais j'ai un faible pour "Souvenir de la Malmaison", dommage que cette rose ne puisse venir dans mon jardin, il fait trop venteux et parfois trop humide, le résultat n'y serait pas. Excellent week-end !

    RépondreSupprimer