Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

mercredi 18 mars 2015

Petite renoncule violette

rosier gallique, commercialisé dès 1820 par le rosiériste Jean-Pierre Vibert (mais non obtenu par lui-même). Cette variété disparaît de son catalogue de 1831.

photographié par Billy Teabag, à Mottisfont Abbey

Ce qui est passionnant avec les rosiers anciens, outre bien sûr leur culture, c'est de percer le mystère de leur création. L'histoire de Petite renoncule violette est à elle seule une belle énigme à résoudre.

Ce rosier a été décrit précisément en 1824 par le botaniste Thory, dans le recueil des roses de Redouté. Il la nomme rosa gallica agatha parva violacea :
" C'est une variété qui entre dans la série des rosiers agathes, dont la fleur est très double, à pétales serrés, roulés et chiffonnés au centre. La corolle de 8 à 10 rangs de pétales est d'un pourpre violet foncé, plus pâle vers l'onglet.
L'arbrisseau s'élève à peine à un pied et demi (soit 45 cm !). Ses branches diffuses sont couvertes, dans leur partie supérieure, d'un grand nombre de poils. La partie inférieure des tiges est garnie d'un petit nombre d'aiguillons épars, inégaux.
Les feuilles penchées se composent de 5 ou 7 folioles, plus pâles en dessous, finement dentées. Les pétioles sont munis de poils glanduleux, entremêlés de petits aiguillons droits.
Les fleurs, d'un petit diamètre, sont le plus souvent solitaires, rarement réunis par deux." 
Thory ajoute qu'il l'a observé chez un certain M. Le Dru, un amateur (l’obtenteur ?). Elle ressemble à la rose Petite Violette, obtenue de semis par Descemet. Mais celle-ci est un peu plus grande.

Bref, cette rose, qui n'est pas conservée à la roseraie de L'Haÿ-les-Roses, semblait perdue. Jusqu'à ce qu'une collectionneuse, Gwen Fagan, dise l'avoir retrouvée près de la tombe d'un colon anglais, dans le cimetière de Grahamstown, en Afrique du Sud. Elle la mentionne dans son ouvrage paru en 1988.

Mais cette rose est-elle vraiment la rose historique originelle ? Elle est cultivée depuis dans la roseraie-conservatoire anglaise de Mottisfont Abbey et commercialisée en France par Francia Thauvin.

Ortolan en donne une description précise sur le forum 'Planète des rosiers' : 
" petits pompons veloutés aux couleurs profondes avec un léger mais néanmoins agréable parfum. Il possède un feuillage vert foncé, des épines et son bois est un peu rouge en début de végétation. La fleur est petite, très double, et très foncée. Il pousse très vite mais a tendance à plier sous le poids des fleurs. "
Avec les deux descriptions, la gravure et les photos, nous avons matière à comparaison !

photographié par Billy Teabag, à Mottisfont Abbey

Et là, un doute s'insinue. La variété actuelle a sûrement du rosa chinensis dans les veines, ses jeunes pousses sont rougeâtres et les pétioles et stipules sont nettement rosacés. Redouté ne les a pas peints de cette couleur... Détails qu'il n'omettait pas pourtant de représenter dans les portraits de roses hybridées de Chine. 
Les fleurs semblent apparaître en bouquet de deux ou trois roses. Thory précisait qu'elles étaient surtout solitaires...
La taille du rosier, pour finir, est bien différente...

Il faudrait pousser l'examen botanique. Mais on ne peut donc pas affirmer qu'il s'agisse véritablement de la rose historique. Par ailleurs, la base de donnée HMF assimile cette rose à Félicie, décrite par Prévost en 1829, sous les noms Petite Renoncule et Sultane favorite. Cette synonymie ne semble pas justifiée, Vibert proposant les 2 roses séparément dans son catalogue de 1824 (Petite renoncule violette sous le n° 699 et Félicie sous le n° 565)

Il nous reste juste au final un très beau rosier de collectionneur. N'est-ce pas le plus important ?


photographié par Brigitte Charuaud dans sa roseraie de Cormeray (41)


Sources :

Jean-Pierre VIBERT, Observations sur la nomenclature et le classement des roses, page 45, 1820
Jean-Pierre VIBERT, Observations sur la nomenclature et le classement des roses, page 71, 1824
REDOUTE / THORY, Les roses, vol. III, page 35, 1824
PREVOST, Catalogue descriptif et raisonné du genre Rosier, page 116, 1829
Gwen FAGAN, Roses at the Cape of good Hope, 1988
BEALES / HARCKNESS, Rosa, rosae, l'encyclopédie des roses, 2005


Crédits photographiques :

http://www.helpmefind.com/rose/
http://www.roseraie-cormeray.fr/


17 commentaires:

  1. Tu vas concurrencer François Joyaux avec cet article !!! c'est vrai qu'il y a une multitude de rosiers dont on ne connait pas l'origine, c'est là tout le charme du collectionneur, espérer retrouver la perle rare et l'obtenteur. Bravo pour ton article. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'admire beaucoup François Joyaux pour son travail. Ces recherches historiques me passionnent. Tu m'encourages à continuer !
      Merci pour ton gentil mot.
      A bientôt.

      Supprimer
  2. Coucou Alix
    Voila un article intéressant et bien renseigné, tu es une bible en matière de rosiers ;-) c'est très agréable de te lire d'ailleurs
    Ce petit rosier 'petite renoncule violette" a rejoint mon jardin l'année passée, il est plein de bourgeons et j'attends sa floraison dans les mois à venir, on pourra comparer au modèle d'origine
    Je te souhaite une excellente soirée et une bonne fin de semaine
    @ bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a vraiment beaucoup de charme cette petite renoncule, plus grenat que violette en fait. Ses tiges rougeâtres lui vont à merveille. Je comprends que tu l'aies choisie pour ton jardin. Elle a l'air d'avoir du succès.
      Merci de ton passage.

      Supprimer
  3. Waouh ! j'ai lu ton billet comme on lit un roman policier et je te nomme officiellement Grande Détective de la Rose !! Plaisanterie, mise à part, j'ai trouvé ton article très intéressant ... et la rose très belle et délicate ...bien sûr ! Apprendre l'histoire des roses par ton intermédiaire est très plaisant et enrichissant, merci !
    Bonne soirée Alix, bises ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Ah, c'est tout à fait ça, j'ai mené l'enquête !! J'ai sorti le crayon, le carnet de notes. Il ne manquait plus que la loupe...
      Bonne journée, bises.

      Supprimer
  4. Merci pour cet article très intéressant Alix on sent vraiment ta passion, tu dois passer pas mal de temps à tes recherches. J'ai cette petite rose au jardin et j'ai découvert l'été passé sa floraison que j'ai trouvée fort originale en son début, avec comme une petite chose vert au milieu, je ne sais si c'était normal ou dû au mauvais temps de l'hiver et du printemps ! Je la mesurerai cet été. Qu'elle soit à Mottisfont Abbey m'enchante, moi qui aimerais y aller un jour. Bizh

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La recherche documentaire me prend plusieurs heures en effet ! Surtout que j'essaye d'être la plus complète possible. Après, la rédaction, ça coule tout seul.
      La petite chose verte est le pistil qui parfois peut être proéminent.
      Je rêve aussi d'aller à Mottisfont. Les roses enserrées derrière les murs de brique, c'est magnifique.
      Bises.

      Supprimer
  5. A beautiful article Alix. I love the color of this rose.
    Have a wonderful day.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. It was a revelation to discover this little rose. Rare and beautiful.
      Have a good week Marijke.

      Supprimer
  6. Quel beau rosier Alix ! Au fait tu en "couves" combien dans ton jardin ?
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La nurserie compte environ 130 bébés plus ou moins costauds dans un jardin de ville de 400 m2...
      Inutile de te dire qu'il n'y a plus beaucoup de place pour de nouvelles admissions !
      Bonne journée.

      Supprimer
    2. Je vois que tu arrives à y faire tout tenir, 130! c'est beaucoup...
      Je me suis fixée le nombre de 100 dans le mien (371 m avec le pavillon...)
      Je vais m'inspirer de tes posts sur les petits rosiers, tu les trouves tous dans les pépinières mises en avant sur la droite de ta page?

      Bonne journée

      Supprimer
    3. Mes fournisseurs préférés sont les pépinières Loubert, André Eve (en France) et Tuincentrum Lottum (en Hollande).
      Hormis les rosiers lianes et certains grimpants qui prennent beaucoup de place, il est possible de planter tous les rosiers même dans un espace réduit. C'est la taille qui fera toute la différence et l'espacement entre chaque pied. Ici, les rosiers sont espacés de 40-50 cm et sont conservés à l'état de buisson.
      Bonne journée.

      Supprimer
  7. En fait tu commandes chez Tuincentrum, j'avoue que moi aussi cette année j'ai essayé . La reprise à l'air assurée, alors que deux achats chez Guillot, (Dream Weaver, et Gloire de Dijon) posent problème...
    Je suis passée chez Leclerc: du coup j' ai trouvé Mme Plantier, et un rosier anglais (j'ai déjà zappé le nom).
    Merci pour les infos, j'ai essayé de planter serré, j'ai ajouté du compost et de la corne broyée au trou de plantation.
    J'espère qu'ils en seront reconnaissants!
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  8. Je possède ce rosier depuis un an (elle vient de chez F. Thauvin) et je ne le reconnais pas dans la description originale!
    Ses pousses rougeâtres sont une de ses caractéristiques et sa taille ne correspond pas! Chez moi, au bout d'un an, elle attend déjà 1,20!
    Comme toi, je pense qu'il s'agit d'une autre variété!
    Peu importe, j'adore ses pompons grenat!
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Je découvre ton blog et c'est un joli travail que tu proposes là. Je vais t'ajouter à ma liste de lecture pour ne pas t'oublier ... hihihi...

    RépondreSupprimer