Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

mercredi 4 novembre 2015

Mon jardin & Ma maison

rosier grimpant, remontant, commercialisé en 1998, créé par Meilland.
Le magazine jardin éponyme (que je lis fidèlement) méritait bien une rose à son nom. Elle ne figure plus au catalogue du rosiériste et pourtant il s'agit d'une création classique qui ne démérite pas.
Il est difficile de classer ce rosier : est-ce un hybride de thé ? Un hybride tout court, en fait. Le célèbre Bonica est son grand-père et il a gardé la floraison en bouquet de celui-ci. Ses fleurs potelées, de taille moyenne, ne diffusent aucun parfum mais elles offrent un cœur rosé ou chamois qui lui donne du style.


Je le cultivais en 2 exemplaires dans mon jardin normand et les deux arbustes se sont comportés bien différemment.  
En jardinière inexpérimentée, j'avais planté le premier contre un mur de pierres, plein Sud. Selon moi, un grimpant devait "grimper" et sa place toute trouvée me semblait être un support vertical pour qu'il puisse prendre appui. Grave erreur ! Il restait raide comme la justice, fleurissait peu et se marbrait constamment de marsonia.

J'avais beau essayer de le palisser, il n'en faisait qu'à sa tête et refusait même de m'accorder quelques branches supplémentaires, comme pour me faire comprendre qu'il était malheureux.


Le hasard a voulu que je déniche un jour en jardinerie, un 2ème exemplaire, vendu en conteneur. Il était beau, bien ramifié, assez bas, d'une silhouette altière. Couvert de fleurs d'un blanc meringué, il m'a fait craquer avec son port touffu et évasé.

 

Mais, oui, c'était ça la solution ! Le cultiver en buisson de massif ou en isolé sur la pelouse et surtout lui laisser de l'air pour respirer. Je plantai ce deuxième comparse, à mi-ombre, devant la maison. 
Le résultat fut sans appel. Grâce à une taille courte adaptée, Mon Jardin & Ma Maison bis s'est métamorphosé en un arbuste plantureux, sain et florifère. Le rosier affichait avec constance la même robustesse que son jumeau, mais au moins, il était ramifié et surtout en pleine santé.


Morale de l'histoire : ne jamais désespérer devant un rosier récalcitrant (sauf s'il est vraiment très malingre, autant alors acheter un sujet identique de remplacement).  
Le changer de place, changer sa terre, l'ensevelir sous des tombereaux de fumier, le conduire d'une autre façon, le tailler plus court ou plus long, etc, etc... Il y a toujours une solution !

à la roseraie de Bagatelle, à Paris


26 commentaires:

  1. Bonjour Alix,
    Très joli rosier effectivement et qui s'accorde à merveille avec les rosiers anciens.
    Tout comme toi, je déplace souvent mes rosiers pour des raisons d'harmonie de couleur car les photos ne donne pas toujours une image fidèle des coloris et également parfois parce qu'ils ne se sentent pas bien là où ils sont. J'avoue que pour les grimpants je ne le fait pas toujours car la place le long des murs est comptée. Mais pour celui-ci avec des branches bien raides et solides la taille est grand buisson est la solution.
    Alors, la gestation de ton nouveau jardin progresse-t-elle?
    Bises A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Béné,
      gérant d'autres projets par ailleurs, le jardin n'est toujours qu'un doux rêve pour l'instant. Je continue seulement à arroser mon armée de pots ! Il fait encore 22° ici, en journée ! Je me contente de savourer cet incroyable été indien.
      Bises.

      Supprimer
  2. J'adore la morale de ton histoire: on sent qu'il y a un vrai lien entre toi et tes végétaux!
    Et ça, c'est formidable!
    On sent à travers tes articles combien tu es attachée à tes rosiers.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tellement attachée à mes rosiers qu'ils m'ont suivie dans le Midi ! Enfin, je n'ai pas pu emmener toute ma collection. Cela me laisse encore un peu de latitude pour quelques achats...
      A bientôt.

      Supprimer
  3. Sages paroles !!! je les ai mises en pratique au printemps derniers pour quelques récalcitrants trop malingres et j'ai été largement récompensée !!! ce rosier est splendide, je l'avais déjà repéré mais tes images en font un bijou précieux pour tous les jardins !!! je ressors de chez toi encore une fois avec des rêves plein la tête .. reste à trouver cette beauté à présent !!! ho la la ... je savais qu'en venant me promener par chez toi je prenais le risque de tomber encore une fois amoureuse d'une rose !!!
    de gros bisous ma chère Alix !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semblait bien que tu ne l'avais pas (encore) celui-là ! La course à la nouveauté l'a évincé des catalogues et pourtant il a des atouts. C'est un bon remontant et ses fleurs ne craignent pas la pluie. Il lui manque juste le parfum pour en faire une rose remarquable. Reste à savoir si c'est un critère primordial selon toi... De mon côté, c'est plutôt la santé de la plante qui l'emporte.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  4. voila un article intéressant qui me servira pour mon futur jardin, je vais même mettre ton article dans mes favoris histoire de le retrouver
    J'avais jeté un oeil sur ce rosier mais je n'arrivais pas à le trouver et puis de toute façon du jaune au jardin ce n'était pas possible, puis est arrivé Annie Duperrey, un jour surement j'adopterais "mon jardin/ma maison" que je trouve fort joli
    merci pour cette belle parenthèse
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu aussi Annie Duperey. Pour le coup, il est très jaune celui-ci !! et je n'ai pas réussi à l'intégrer au jardin.
      Mon jardin et ma maison ne donne pas l'impression d'un rosier jaune car il pâlit rapidement. En fait, le cœur de la fleur varie du jaune au rose et c'est cela que je trouve très joli.
      Bonne journée à toi.

      Supprimer
  5. Coucou Alix, un rosier aux fleurs superbes...
    Il est au jardin , malheureux dans un coin, ton post...me sortira de ma léthargie le concernant : il faut que je le change de place...
    Alors MERCI Alix, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien je te souhaite d'avoir une aussi belle métamorphose avec ton exemplaire !
      Bises ;)

      Supprimer
  6. Tu as mille fois raison il faut toujours laisser plusieurs chances d'épanouissement à divers emplacements ! Cela m'est arrivé avec le rosier "Weichenblauw" souffrant du mahonia là où je l'avais palissé une première fois. Après un déménagement et une taille bien courte...il resplendit!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement, il n'y a peut-être pas de mauvais rosiers mais que des jardiniers qui font des erreurs !
      A nous de bien cerner les besoins de nos végétaux pour qu'ils nous offrent le meilleur.
      Belle journée Brigitte.

      Supprimer
  7. Ah! Merci! Bonica refuse de fleurir chez moi, et j'avais décidé de le changer de place au printemps! Et Mon Jardin Ma Maison m'a fait une longue pousse sans fleurs : depuis deux ans, il n'a jamais fleuri chez moi. Je vais essayer ta méthode... Cette floraison est si belle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis deux ans ? alors là, oui, une intervention s'impose ! et Bonica qui ne fleurit pas non plus ?
      Mais tu n'habites pourtant pas au pôle Nord, Gine !! Et bien bon courage pour déplacer ces deux spécimens et tiens-nous au courant !
      Merci de ta visite.

      Supprimer
  8. Il est magnifique Alix et m'avait déjà tapé dans l'œil ! Courage pour ton armée de pots mais je sais que tu n'en manques pas. Et savoures la prolongation de ton bel été indien. Ici nous avons eu le droit à une belle journée de pluie !!! Bizh

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, quelques arrosages par ci par là, le travail reste faible ! C'est plutôt moi qui te souhaite bon courage avec les remaniements et plantations que tu as prévus...As-tu trouvé de gros bras... ?!
      Bises.

      Supprimer
  9. Tu as trouvé une super solution pour ce rosier.J'ai appris effectivement qu'il ne faut pas hésiter à changer de place un rosier .c'est ainsi que Manou Meilland, trop à l'ombre sans doute , s'est réveillée cette année plus au soleil.Je ne connais pas ce rosier dont tu parles mais il est très tentant.Comme tous ceux que tu montres, Alix!!!! Bises et bon weekend

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'on ne voit pas cette rose sur les blogs. Les rosiers Meilland sont boudés ! En général, ce sont des créations assez robustes donc si elles ne poussent pas, c'est que l'emplacement est mauvais... Il faut toujours tenter le coup d'un déplacement pour vraiment juger de la valeur d'un rosier. Adage qui est valable aussi pour les autres plantes d'ailleurs.
      Bises Maryse et bon week-end.

      Supprimer
  10. Merci pour ce retour d'experience. Je viens de changer Munstead Wood qui végète, on verra si ça ira mieux pour lui.
    En tout cas ce rosier est sublime! Il en valait la peine.
    Bises et bon Week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah toi aussi, tu as un Munstead Wood paresseux. Il aime la chaleur ce beau ténébreux. Et il est gourmand aussi, ne lésine pas sur le fumier !
      Bises Caroline et bon dimanche.

      Supprimer
  11. "Mon jardin & Ma Maison" quel nom pour un rosier ! J'aurais bien aimé l'avoir au jardin mais en Belgique c'est difficile de le garder "correct", il pleut trop. Tu as parfaitement raison de le maintenir en buisson, il gagne en fleurs !
    Munstead Wood est énorme chez moi, j'ai du le tailler de moitié cette année car 170 cm de haut ce n'était plus possible, par contre je le trouve très aiguillonné, à la limite du dangereux, mais quelles belles roses.
    Bonne semaine Alix. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Normandie est bien pluvieuse aussi et finalement il ne s'en sortait pas si mal.
      Comme toi, je n'aime pas trop les rosiers bourrés d'aiguillons. Pour cette raison, je n'achète pas de rosiers de Damas, leur préférant les galliques.
      Bises.

      Supprimer
  12. Je me croyais seule à être heureuse propriétaire de ce superbe rosier. Je l'avais présenté en mai et en juillet sur mon blog et je confirme, il offre de magnifiques fleurs.
    Débarqué début mai 2015 sur ma terrasse (cadeau inattendu d'une amie) je n'ai pas encore eu l'occasion de le tailler. Je vais tenter la 'taille Alix'. Bon weekend !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais refaire un petit tour sur ton blog pour l'admirer chez toi.
      J'espère que tu as prévu un grand contenant car c'est un costaud !
      A bientôt.

      Supprimer
  13. Je l'ai admiré il y a quelques années dans le village de Giverny. Il grimpait sur un porche : une merveille! On peut le voir ici :
    http://danslejardindelaluciole.over-blog.com/article-echappee-belle-a-giverny-118656463.html
    *une douce semaine*
    Cécile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, et bien je vais de ce pas l'admirer dans ce bel écrin qu'est Giverny.
      Merci pour ce lien qui me mène aussi à toi.

      Supprimer