Description


Bienvenue sur mon site dédié aux roses anciennes et modernes. Laissez-moi vous conter l'histoire de jardins remarquables, vous présenter des roses méconnues ou oubliées, vous conseiller de beaux livres...

Ce blog d'amateur est parfaitement libre et indépendant, je ne perçois aucun avantage, aucune rétribution de qui que ce soit. Sa seule vocation est le partage d'informations. Si vous empruntez une photo ou un texte de mes articles, veuillez citer vos sources comme je le fais moi-même. Les photos ne sont pas libres de droit. Pas d'utilisation commerciale sans mon accord.

N'hésitez pas à laisser en message vos remarques, vos avis... J'y répondrai avec plaisir.

vendredi 7 novembre 2014

Gruß an Aachen / Salut à Aix-la-Chapelle

hybride de thé obtenu en 1908 par Hinner, diffusé en 1909 par Geduldig (Allemagne)
Une bien jolie rose en hommage à cette ville allemande.

Ce rosier est souvent classé dans la catégorie des floribunda en raison de son port bas mais sa généalogie le désigne plutôt comme un hybride de thé. Né à la Belle Epoque, il a gardé l'éclat fastueux et l'opulence de ces jours sereins.



Il s'agit d'un buisson gracieux mais de vigueur moyenne, à placer en bordure car il atteint seulement les 70-80 cm de hauteur. Je le taille très peu en fin d'hiver.

Avez-vous remarqué ces fines tiges rougeâtres si délicatement assorties aux boutons tout ronds ?



Les fleurs naissent peu à peu en bouquets de deux ou trois et résistent vaillamment à la pluie. Image à l'appui !

Les photos datent de juin dernier. La floraison de printemps a été somptueuse. Elle devient plus parcimonieuse par la suite. Mais il n'est pas rare que quelques fleurs, plus petites et moins doubles illuminent encore le buisson en octobre.
Une variété ancienne remontante très classique donc et qui ne démérite pas. Une belle alternative aux rosiers anglais avec un choix de couleurs. En effet, elle a donné plusieurs mutations parmi lesquelles Rosa Gruß an Aachen (version rose, découverte par Spek en 1930) et Weiße Gruß an Aachen (version blanc pur, découverte par Vogel en 1944).

Pink Gruss an Aachen

White Gruss an Aachen


11 commentaires:

  1. Une bien jolie rose que je n'ai pas au jardin. Tu la racontes très bien Alix, comment lui résister ? Je la trouve bien séduisante en version blanche aussi mais sans doute plus difficile à trouver ? Bon week-end à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pépinière des Roses Loubert a en vente les 3 versions. On peut se les procurer aussi chez le grand spécialiste allemand Schultheis.
      Bon week-end à toi aussi.

      Supprimer
  2. Ses petits boutons et les tiges sont adorables et on voit bien que le feuillage est indemne de maladies; une beauté de plus à admirer chez toi Alix; Bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est assez sain. C'est un petit rosier facile.
      A bientôt.

      Supprimer
  3. J'adore les boutons foncés qui s'épanouissent en plus clair et les tiges rougeoyantes.
    Gruss an Aachen est aussi beau en Pink, qu'en White ♥
    Bisous et bon week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des boutons, il en a justement encore 4 à l'heure actuelle. Pas sûr qu'ils arrivent à éclore avec les températures qui ont bien baissé !
      Bises

      Supprimer
  4. Tu en parles si bien .... et je suis complètement convaincue puisque j'ai la joie de posséder le blanc et le rose mais je dois avouer qu'ils se montrent tous les deux en bien moins bonne forme que chez toi !! peut être à cause du manque de soleil car placé non loin du grand chêne ... néanmoins, les quelques fleurs qu'ils m'ont offert sont d'une grande beauté ! merci pour toutes ces infos que je dévore à chaque fois !!
    bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon dimanche à toi aussi, ma Nathalie.
      Tu sais, j'ai encore craqué chez Guillot, mais chut, ce sera pour plus tard...
      Bises.

      Supprimer
  5. Je suis tout à fait d'accord pour classer ce rosier dans les hybrides de thé. J'aime tout dans ce rosier que tu as très bien décrit sauf sa faible rusticité les années froides. Le mien a mis deux ans pour se remettre de l'hiver 2012. Heureusement que dans ta région les hivers sont plus tempérés.
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
  6. J'en ai mis un exemplaire en octobre dernier dans mon joli massif, il est déjà en bourgeon et nous ne sommes que (presque) fin janvier, j'espère qu'il ne subira pas le marsonia comme la majorité de mes rosiers en 2014, l'humidité aura fait son travail de sape
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  7. C'est un rosier que j'adore, ... qui se plaît autant dans les massifs que dans les pots... un rosier super facile !!! et des fleurs somptueuses !... Par contre, le mien ne fait pas ces petits reflets rouges sur les boutons... est-ce parce que je vis dans le sud ? La version Pink me tente beaucoup et j'espère qu'il rejoindra très vite le jardin.

    RépondreSupprimer